Le but de ce tutoriel est de vous fournir les meilleurs conseil pour photographier les aurores boréales. J’ai compilé ce guide sur la base de nombreuses années à chasser les aurores boréales, ainsi que d’innombrables heures sous le ciel nordique à essayer de capturer ce phénomène naturel.

Dernière mise à jour: 21 décembre 2018

Comment photographier les aurores boréales

Tout d’abord, nous allons jeter un œil sur l’équipement dont vous avez besoin pour photographier les aurores boréales:

  • Appareil photo: de préférence un reflex numérique ou un appareil photo hybride avec objectif interchangeable, bien que n’importe quel appareil photo avec des réglages manuels pourra fonctionner.
  • Objectif: en raison de la nature de l’aurore, vous voulez un objectif lumineux. Cela signifie qu’il doit capter le plus de lumière possible. Ceci est indiqué par son ouverture (le chiffre qui suit le f), qui devrait être aussi grande que possible (donc chiffre f le plus petit possible). Idéalement, nous voulons utiliser f/1.4 ou f/1.8, mais ces objectifs sont assez coûteux. F/2.8 est plus standard, mais nous pouvons également obtenir de belles photos avec f/3.5 ou f/4. Ce dernier correspond à la plupart des lentilles des kits de base qui sont souvent vendus avec les appareils photos.
  • Trépied : un trépied solide est essentiel pour la photographie des aurores boréales. Vous allez faire des longues expositions, et il faut donc vraiment que l’appareil photo soit aussi stable que possible. Si vous le pouvez, évitez les trépieds en plastique. Dans les températures très froides, le plastique a tendance à se briser assez facilement. Je l’ai vu plusieurs fois avec les clients que je guide, malgré toutes les précautions prises.
  • Télécommande: cela aidera à minimiser les vibrations lorsque vous déclenchez. Personnellement, je préfère les télécommandes câblées. Certains photographes se plaignent que les câbles gèlent et deviennent trop rigides dans des températures très froides. Cela se produit effectivement, mais cela ne m’a jamais empêché de prendre des photos. Pour les timelapses, vous devez utiliser un intervalomètre.
  • Batteries: dans des conditions froides, les batteries sont vidées beaucoup plus rapidement et perdent donc très vite leur capacité. Par conséquent, vous devez toujours voyager avec au moins une batterie de rechange. Je recommande de voyager avec au moins 3 batteries. Imaginez la déception si les aurores boréales illuminent le ciel, et vous n’avez plus de jus dans votre appareil photo!
Exemple de réglage de sensibilité élevée (ISO) pour les aurores boréales
14mm – ISO 6400 – 5 sec – f/2.8

Un conseil très important

Avant de passer à l’explication de tous les paramètres pour photographier les aurores boréales, j’ai un conseil important pour vous. J’essaie de répéter cela à tous mes clients parce que c’est la clé pour une séance photo réussie:

Vous devez connaître votre équipement avant de partir en voyage pour photographier les aurores boréales.

Si vous devez essayer de comprendre à quoi servent tous les boutons de votre appareil photo quand l’aurore commence, non seulement ça sera très stressant pour vous, mais vous ne pourrez pas profiter du spectacle.

Il y a assez de sources sur internet pour vous aider à vous familiariser avec votre propre appareil photo. Une bonne façon de commencer est bien sûr de lire le manuel de l’utilisateur de votre propre appareil.

Mise au point

La mise au point est probablement la chose la plus difficile à réaliser lorsque vous tentez de prendre des photos des aurores boréales. Le but d’une mise au point précise est que les étoiles soient très nettes et n’apparaissent pas comment des tâches diffuses.

Il fait trop sombre la nuit pour pouvoir compter sur le la mise au point automatique (autofocus) de votre appareil photo et de l’objectif, sauf si vous utilisez des sources de lumière supplémentaires. Si la lune est levée, vous pouvez essayer de l’utiliser pour faire la mise au point. Quand ce n’est pas le cas, vous pouvez utiliser les phares d’une voiture ou une lampe frontale pour illuminer un objet lointain (ou demander à votre guide de s’éloigner avec la lampe pour faire la mise au point dessus). Il vous suffit de vous assurer que vous êtes à au moins 30 mètres de l’objet sur lequel vous faites la mise au point. Réglez la mise au point (généralement en appuyant à mi-chemin sur le déclencheur de votre appareil photo). Lorsque cela est fait, repassez votre appareil photo en mode de mise au point manuelle, et ne touchez plus ce réglage!

Certains objectifs ont un signe montrant l’infini sur leur bague de mise au point. Malheureusement, le plus souvent, ce signe infini n’est pas exact. Je recommande vivement de vérifier avant votre voyage que ce réglage infini produit des images nettes d’objets éloignés.

Alternativement, vous pouvez garder votre appareil photo en mode mise au point manuelle, et utiliser la fonction de Liveview (au grossissement maximum) pour faire la mise au point. Essayez de trouver des étoiles brillantes, et tournez doucement votre bague de mise au point jusqu’à ce que les étoiles semblent très nettes. C’est une technique avancée qui nécessite un trépied vraiment stable, sinon il est presque impossible de voir les étoiles correctement.

Mon astuce sur la mise au point:

J’utilise du scotch pour bloquer ensemble la bague de mise au point et le tube de l’objectif pour m’assurer que je ne vais pas accidentellement tourner la bague la nuit dans l’obscurité. C’est un tel soulagement de ne pas avoir à s’inquiéter de ça pendant le reste de la nuit. Essayez!

Réglage ISO (sensibilité)

Le réglage ISO correspond à la sensibilité du capteur de votre appareil photo. Plus le nombre est élevé, plus le capteur capte de lumière.

Même les aurores boréales les plus lumineuses requièrent une valeur ISO plus ou moins élevée. Après tout, n’oubliez pas que vous prenez des photos au milieu de la nuit. Cependant, les valeurs ISO trop élevées tendent à produire du bruit numérique sur les photos, ce qui n’est pas très esthétique. Vous devez donc utiliser la plus haute valeur ISO possible qui ne détériore pas trop la qualité de vos images. C’est quelque chose que vous devez vérifier vous-même en fonction de votre propre appareil photo. En règle générale, je recommanderais d’utiliser les valeurs maximales suivantes:

  • 1600 ISO pour les appareils photo compacts et les bridges. Ces appareils photo ont un capteur plus petit, qui tend à produire des images granuleuse au-dessus de ce réglage.
  • 1600 ISO-3200 ISO pour les appareils reflex APS-C. Leur capteur est plus grand que les appareils mentionnées ci-dessus, mais ont toujours tendance à produire du bruit. Plus votre appareil photo est âgé, plus la valeur ISO maximale est basse.
  • 3200 ISO (ou plus) pour les appareils reflex et hybrides les plus récents.
photographier les aurores boréales avec une sensibilité ISO très élevée
14mm – ISO 8000 – 5 sec – f/2.8 – L’aurore n’était pas très forte, et je ne voulais pas une vitesse d’obturation trop lente pour figer ma silhouette autant que possible dans cet autoportrait.

Mes paramètres ISO habituels:

J’utilise un appareil photo reflex plein format haut de gamme qui est extrêmement tolérant avec le bruit numérique jusqu’à 6400 ISO. Donc, c’est ma valeur maximale (sauf rares exceptions).

Mon réglage de base est 3200 ISO à moins que:

  • L’aurore ne soit très brillante et par conséquent, je vais aller aussi bas que 1600 ISO
  • L’aurore ne soit très faible et par conséquent, je vais pousser aussi haut que 6400 ISO

Ouverture

Comme nous l’avons vu ci-dessus, vous avez besoin d’un objectif avec une grande ouverture, ce qui correspond à une petite valeur de diaphragme. Lorsque vous photographiez les aurores boréales avec votre appareil photo en mode manuel (souvent indiqué comme M sur une molette de sélection ou dans un menu) il suffit d’utiliser la plus petite valeur f disponible.

Mon réglage habituel de l’ouverture:

Jusqu’à récemment, je prenais toutes mes photos avec un objectif f/2.8, qui était mon objectif le plus lumineux. Lors de l’hiver 2017-2018, j’ai commencé à utiliser le magnifique objectif Sigma 14mm f/1.8 ART. Avec une ouverture de f/1.8, mon objectif est maintenant 1 1/3 stop plus rapide, de sorte qu’il capte plus de deux fois plus de lumière que mon précédent.

example de photo d'aurores boréales avec vitesse d’obturation rapide
14mm – ISO 3200 – 1,3 sec – f/1.8 une de mes premières photos avec l’objectif Sigma. Avec mon ancien objectif (f/2.8), la vitesse d’obturation aurait été de 3 sec, ne permettant pas de distinguer si clairement les fines lignes verticales de l’aurore.

Vitesse d’obturation

De de tous les réglages de l’appareil pour photographier les aurores boréales, la vitesse d’obturation est à mon avis le plus important. Comme les aurores se déplacent souvent assez rapidement dans le ciel, il est préférable d’essayer de raccourcir le temps de pose. Bien sûr, cela dépendra de l’intensité de l’aurore. Les aurores boréales lumineuses nécessiteront un temps d’exposition «court» tandis que pour les plus faibles, vous aurez besoin de rallonger la pose.

J’utilise généralement 3 gammes de vitesses d’obturation pour mes photos d’aurores boréales, en supposant une sensibilité de 1600-2500 ISO et une ouverture de f/2.8-3.5:

  • Pour les aurores les plus faibles, celles que vous pouvez à peine voir à l’œil nu: 15 à 20 secondes
  • Pour les aurores «moyennes», celles que nous pouvons voir la plupart des nuits aux latitudes du nord de la Laponie finlandaise: 5 à 10 secondes
  • Les aurores les plus lumineuses, celles qui sont si brillantess et rapides, que vous ne savez jamais dans quelle direction regarder: entre 0,5 et 2 secondes.

Bien sûr, une sensibilité ISO plus élevée vous permet une vitesse d’obturation plus rapide. Mais pour préserver une bonne qualité d’image, la valeur ISO ne doit pas être trop élevée. Vous avez juste besoin de trouver le bon compromis. Au final, tout dépend de votre propre équipement photographique et votre expérience avec. C’est pourquoi je recommande toujours de s’entraîner d’abord à la maison pour prendre des photos de nuit. Vous n’avez pas besoin d’aurores boréales dans le ciel pour déterminer ce qui est le meilleur réglage de sensibilité ISO de votre propre appareil photo.

Photographier les aurores boréales avec une vitesse d’obturation très lente
14mm – ISO 3200 – 20 sec – f/2.8 – C’était une aurore assez faible à Uummannaq, au Groenland. Remarquez la très longue vitesse d’obturation de 20 s.
Photographier les aurores boréales avec vitesse d’obturation moyenne
14mm – ISO 3200 – 6 sec – f/2.8 – Faible mouvement de l’aurore.
Réglage de vitesse d’obturation très rapide pour une aurore boréale lumineuse
14mm – ISO 3200 – 0,5 sec – f/1.8 – Aurore extrêmement lumineuse et rapide, nécessitant une vitesse d’obturation très rapide pour figer le mouvement.

Vérifiez votre exposition

J’ai remarqué que beaucoup de gens poussent la luminosité de l’écran LCD à l’arrière de leur appareil à un niveau très élevé. Cela peut vous conduire à croire que vos photos sont bien exposées, alors qu’en réalité, elles sont largement sous-exposées. Cela est valable tout le temps, mais encore plus la nuit. Encore une fois, cela dépend de votre propre appareil photo, mais je recommande de régler la luminosité à 50% au maximum, voire moins.

Vous pouvez également vérifier l’histogramme si votre appareil photo l’affiche. Idéalement, la courbe ne doit pas être concentrée trop à gauche. Cependant, je ne pense pas qu’il faille viser à couvrir toute la largeur de l’histogramme. Il ne faut pas oublier qu’il fait nuit.

Format de fichiers

Toutes les appareils photo vous permettent d’enregistrer vos photos au format RAW. Ce format est une version non compressée de vos photos. Il vous donne beaucoup plus de souplesse dans le post-traitement parce que l’image contient beaucoup plus d’informations « invisibles » qu’un fichier JPEG compressé.

Je ne vois aucune raison pour photographier au format JPEG, sauf pour économiser de l’espace de stockage. Mais avec les faibles coûts actuels de la mémoire, cela ne me paraît pas non plus être une bonne raison.

Balance des blancs pour photographier les aurores boréales

Si vous enregistrez vos photos dans le format RAW, vous n’avez pas besoin de trop vous soucier de la balance des blancs. Vous pouvez toujours la changer à votre goût à posteriori dans un logiciel de retouche photo comme Adobe Lightroom. Cependant, afin que les images sur l’écran de votre appareil photo soient un peu réaliste, je recommande de régler la balance des blancs manuellement entre 3500 et 4000 K.

Pour ceux qui sauvegardent encore leurs photos au format JPEG, n’utilisez pas la balance des blancs automatique! Parce que la lumière et les couleurs changent sans arrêt, votre appareil photo ne sera pas en mesure d’analyser correctement la scène pour définir la balance des blancs. Par conséquent, vous n’aurez pas la même température de couleur sur toutes les photos. En outre, j’ai remarqué que très souvent, la balance des blancs automatique produit souvent une teinte chaude sur les photos d’aurores boréales. Le vert tourne alors trop vers le jaune.

Donc, si vous insistez vraiment pour photographier en JPEG, je trouve que le réglage « fluorescent » pour balance des blancs est le plus proche de la réalité dans la plupart des cas. Malheureusement, il n’y a pas de règle générale, d’où la recommandation pour l’utilisation de fichiers RAW. Sinon, réglez-le sur quelque chose comprise entre 3500 et 4000 K comme nous l’avons vu juste au-dessus.

Je parle plus de la balance des blancs dans le tutoriel suivant: comment retoucher vos photos d’aurores boréales.

Réduction du bruit

Comme nous l’avons noté plus haut, un réglage ISO plus élevé conduit souvent à des photos granuleuses. En d’autres termes, le bruit numérique apparaît. Les appareils photo les plus récents ont une option de «réduction du bruit de pose longue». Je désactive toujours cette option et n’utilise que la réduction du bruit dans le logiciel de retouche. Je trouve que cela permet de préserver beaucoup plus de détails dans les photos. Le logiciel vous permet de vraiment affiner les paramètres, tandis que la réduction de bruit est faite dans l’appareil, c’est du tout ou rien, avec rien entre les deux.

Mais une fois de plus, si vous photographiez en JPEG, et ne prévoyez pas de modifier vos photos par la suite, alors vous devriez peut-être trouver ce paramètre dans vos menus et l’utiliser.

Filtres: non, non et non!

N’utilisez jamais de filtre sur votre objectif lorsque vous photographiez les aurores boréales. Je sais que vous voulez peut-être utiliser un filtre UV neutre pour protéger la lentille frontale de votre précieux objectif très cher, et je peux le comprendre. Cependant, les filtres produiront une série de cercles concentriques au centre de vos photos, qui seront ainsi ruinées. Il est extrêmement difficile, voire impossible, d’effacer ces cercles en retouche.

anneaux concentriques sur l’image d'une aurore boréale en raison du filtre UV sur l'objectif
Ces anneaux concentriques sont le résultat de l’oubli du filtre UV sur l’objectif. © Matt Quinn

Venez apprendre comment photographier les aurores boréales avec moi!

Venez apprendre à photographier les aurores boréales à l’un de mes prochains stages (stages d’hiver seulement bien sûr). Je guide aussi tous les jours des chasses aux aurores boréales à Inari lorsque je suis là-haut.

Et après avoir pris vos superbes photos d’aurores boréales, apprenez avec moi comment les retoucher!

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Fermer le panneau