Expédition au Svalbard sur le MS Freya (4-10 mai 2018)

Au début de mai 2018, j’ai participé à ma première expédition au Svalbard à bord du MS Freya. C’était un rêve de longue date pour moi donc vous pouvez imaginer à quel point j’étais excité de monter à bord du navire à Longyearbyen le 4 mai 2018 pour notre départ.

Ce premier article sur l’expédition Svalbard est comme un carnet de voyage. J’écrirai d’autres articles sur des points particuliers de notre voyage. Je vais également vous raconter mon expérience en tant que photographe, et partager mes recommandations sur l’équipement dans des articles suivants.

Itinéraire de notre expédition au Svalbard

Nous avons quitté Longyearbyen le 4 mai 2018 et nous sommes rentrés au port le 10 mai. J’ai créé cette carte avec l’itinéraire approximatif que nous avons suivi.

Carte de l’expédition au Svalbard
Carte de notre expédition au Svalbard (OpenStreetMap)

Jour 1: Isfjorden et Nordfjorden

Nous nous sommes tous retrouvés au port de Longyearbyen et vers 17h et nous avons rencontré nos guides pour la première fois: Fred & Melissa, qui ont organisé le voyage, et Jens et Daniel. Nous avons également rencontré notre capitaine et le reste de l’équipage. La sécurité d’abord: on nous a fait visiter le navire, puis montré les équipements d’urgence et on nous a fait une démonstration sur la façon de porter la combinaison de sauvetage.

Nous avons d’abord navigué à travers Isfjorden vers le nord, pour atteindre Nordfjorden. Même pas 2 heures après notre départ de Longyearbyen, nous avons vu notre premier ours polaire vers 19h! Il était très loin sur la banquise et ne ne s’intéressait absolument pas à nous. Au contraire, il a même commencé à s’éloigner Je l’ai très bien vu dans mes jumelles, et j’ai été submergé d’émotion! C’était le tout premier ours polaire que je voyais dans ma vie.

Ours polaire et montagnes à Nordfjorden à Spitsbergen
Mon tout premier ours polaire! Canon 1DX MkII – 500mm/4 – TC 1.4 – 700mm – f/5.6 – 1/2000 – ISO 320

Bien sûr, l’ours est apparu juste au moment où l’équipage était prêt à nous servir le diner. Je peux vous dire que le repas était très bas sur notre liste de priorités à ce moment-là. Nous avons regardé l’ours pendant un court moment avant de décider de continuer notre route. En sortant de Nordfjorden, nous avons repéré un morse sur la banquise, et la glace était composée de de jolis motifs, donc nous avons ralenti pour prendre des photos.

Morse sur la banquise au Svalbard
Voilà à quoi ressemble minuit en mai au Svalbard! Canon 5D MkIV – 24-70/2.8 II – 24mm – f/9 – 1/125s – ISO 200

Nos guides nous ont informé que nous allions quitter Isfjorden et naviguer vers le nord pour trouver la banquise. Il était donc temps de se coucher pour un repos bien mérité.

Jour 2: Smeerenburgfjorden et Raudfjorden

Vers midi, nous sommes entrés dans le Smeerenburgfjorden, au nord ouest de l’île de Spitzbergen. Les vues étaient spectaculaires, avec des sommets escarpés, des pentes enneigées et des glaciers avec une couleur bleu intense. Dans toutes les directions, à chaque recoin, mes yeux étaient émerveillés par ce que je voyais.

Sommets des montagnes et glacier bleu à Smeerenburgfjorden à Spitsbergen
Vue typique d’une expédition au Svalbard: glace bleue et pics de montagne escarpés. Canon 1DX MkII – 100-400 II – 241mm – f/8 – 1/1000s – ISO 200

Nous avons fait notre première excursion en zodiac dans ce fjord, mais nous n’avons pas rencontré d’ours polaires. Nous sommes revenus au MS Freya et avons navigué vers le grand fjord suivant le long de la côte du Spitzbergen: Raudfjorden. Le vent s’était soudainement levé quand Jens a repéré le deuxième ours polaire de notre voyage. Encore une fois, il était sur la banquise au fond d’une baie, là où l’eau est moins profonde. Malgré la mer agitée, l’équipage a mis les zodiacs à l’eau et pour nous permettre d’approcher l’ours. La banquise nous a empêchés d’approcher le glacier, et il nous a fallu un certain temps pour finalement trouver l’ours. On l’a finalement vu, couché sous le front du glacier. D’une telle distance, et avec l’ours nous tournant le dos, impossible de voir si c’était un mâle ou une femelle.

Ours polaire endormi devant un glacier à Raudfjorden
Ours polaire endormi devant un glacier à Raudfjorden. Canon 1DX MkII – 500mm – f/5.6 – 1/2500s – ISO 1250

Ne ressemble-t-il pas tout simplement à un tas de neige un peu jaune?

L’ours ne n’est pas réveillé, et comme nous ne pouvions pas approcher plus nous avons décidé de retourner au MS Freya. Nous avons navigué jusqu’au fond de Raudfjorden, à la recherche d’autres ours, mais sans succès cette fois-ci. Nous avons donc fait demi-tour, et nous avons mis le cap vers une falaise abritant des oiseaux dans le détroit de Hinlopen, que nous allions atteindre après le petit déjeuner le lendemain matin. C’était à nouveau l’heure d’aller au lit!

Jour 3: Alkefjellet & détroit de Hinlopen

Après le petit-déjeuner, nous avons commencé à nous approcher de la falaise aux oiseaux d’Alkefjellet. Je savais déjà un peu à quoi m’attendre après avoir passé tellement de temps l’été précédent à la falaise de l’île de Hornøya juste au large de la Norvège continentale. Alors que l’oiseau prédominant à Hornøya est le Guillemot commun, ici à Alkefjellet, ce sont des dizaines de milliers de Guillemots de Brünnich’s (plus petits) que nous avons trouvés.

Les Guillemots de Brünnich’s à Alkefjjellet, Svalbard
Une très petite partie de la falaise aux oiseaux. Canon 1DX MkII – 100-400 II – 100mm – f/5.6 – 1/1000s – ISO 1250

Nous avons continué à naviguer vers le sud dans le détroit de Hinlopen, toujours à la recherche du roi Arctique, l’ours polaire. Le temps s’est dégradé avec une très mauvaise visibilité, du brouillard et de la neige, et c’est devenu impossible de repérer quoi que ce soit. Nous avons amarré le navire dans la glace où nos guides avaient repéré une mère ours avec un ourson au loin, en espérant qu’ils s’approcheraient pendant la nuit. En vain.

Jour 4: Wahlenbergfjorden

Quelle différence peuvent faire quelques heures sur la météo! Nous avons passé toute la nuit dans la neige et le vent et nous nous sommes réveillés sous un ciel sans nuages pour une journée totalement ensoleillée. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime tant l’Arctique. Nous nous sommes donc réveillés à Wahlenbergfjorden, sur le côté est du détroit de Hinlopen. Le fjord était plein de glace assez épaisse, alors nous avons navigué le long du bord de la banquise pendant un certain temps, jusqu’à ce que nous ayons repéré un autre ours polaire à quelques centaines de mètres. Il y avait aussi plusieurs phoques qui faisaient bronzette sur la banquise, alors nous avons anxieusement attendu une attaque par l’ours, tout en espérant que cela se produise à une « distance photographique » de notre navire. Malheureusement, encore une fois l’ours est parti dans la direction opposée du navire, et nous l’avons finalement totalement perdu de vue. Nous avons alors pu pénétrer dans la banquise avec le MS Freya et l’y amarrer.

Après s’être assurés que la glace était assez épaisse et de bonne qualité, nos guides nous ont autorisé à débarquer du navire et aller faire une promenade sur l’océan Arctique gelé!

Le navire d’expédition MS Freya dans la banquise au Svalbard
Le MS Freya, notre maison pour la semaine. Canon 5D MkIV – 16-35/2.8 II – 16mm – f/13 – 1/125s – ISO 100

Notre adorable équipage nous a même apporté du café sur la banquise! Est-ce que je peux avouer que c’était un des meilleurs cafés de ma vie?

Même si les phoques étaient très loin, j’étais déterminé à photographier au moins l’un d’eux. J’ai évidemment choisi le plus proche et je pouvais voir à travers mon objectif que c’était un phoque annelé. Encore une fois, c’était une première pour moi! J’aurais vraiment voulu avoir un de ces camouflages Inuits pour approcher le phoque, mais là je devais juste avancer lentement et sans mouvement brusque, ce qui n’est pas le plus facile quand vous portez un lourd trépied avec un objectif de 500mm. Avec le téléconvertisseur 2x, j’ai réussi à obtenir cette photo, qui miraculeusement n’a pas montré trop de turbulence atmosphérique au-dessus de la glace (la plupart des photos sont floues à cause de cela).

Phoque annelé sur la banquise à Wahlenbergfjorden à Svalbard
Phoque annelé sur la banquise à Wahlenbergfjorden à Svalbard. Canon 1DX MkII – 500mm/4 – TC2 – 1000 mm – f/10 – 1/2000 – ISO 250

Nous avons déjeuné avec le navire encore dans la banquise, et dans l’après-midi, il était temps de continuer à naviguer. Nous avons poursuivi notre route vers le Nord pour sortir du détroit de Hinlopen. La météo était encore incroyable, l’eau était exceptionnellement calme, reflétant ainsi parfaitement les montagnes et les glaciers en arrière-plan. Un moment inoubliable comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous (regarder en HD!)

Nous avons reçu la dernière carte montrant les conditions de la glace, et nos guides et l’équipage ont alors décidé de d’atteindre le bord de la banquise, plusieurs centaines de kilomètres à l’est. La nuit suivante serait alors consacrée à naviguer.

Jour 5: île de Karl XII et l’est du Svalbard

Après le petit déjeuner, nous étions au large de l’île Karl XII. Un ours polaire y avait été repéré par l’équipage. L’équipage s’est dépêché de mettre les zodiacs à l’eau, et nous nous sommes tous habillés très vite pour aller photographier l’ours. Pas de temps pour le petit déjeuner! J’ai bien réussi à vite prendre un toast avec une tranche de fromage, donc j’ai sans doute eu un peu moins faim que mes compagnons de voyage.

La mer était assez agitée parce que nous étions totalement exposés aux vagues, sans aucune île ou cap nous protégeant de la houle. Du coup c’était très difficile de prendre des photos, surtout avec des très longues focales. J’ai commencé avec 500mm et puis ajouté le convertisseur x2, me donnant une focale de 1000mm. Mon appareil photo peut faire 12 images par seconde, donc j’essayais de cadrer l’ours, et j’appuyais sur le déclencheur aussi longtemps que je pouvais. Une vague touchait notre zodiac, faisant soudain bouger mon cadrage jusqu’au ciel et vers l’eau tout en bas. Sur une rafale de 30 images, il n’y avait donc que 2 ou 3 clichés dans lesquels l’ours était effectivement visible.

Ours polaire sur l’île de Karl XII à Svalbard
Premier ours polaire à une «distance de photo». Canon 1DX MkII – 500mm – f/5.6 – 1/4000s – ISO 400

J’ai aussi écrit un article dédié à ce que nous avons appelé « l’ours du changement climatique« . Il nous a fait un beau spectacle, et puis est allé dormir. Nous avons décidé de retourner au Freya, où nous avons enfin pu prendre le petit déjeuner. Nous étions déterminés à atteindre le bord de la banquise, donc nous avons continué vers l’est.

La météo a à nouveau changé radicalement, passant du ciel bleu aux nuages bas puis à la neige. J’ai aperçu une Mouette ivoire dans le ciel, ce qui m’a rendu très heureux parce que c’était un oiseau que je voulais voir depuis que nous avions quitté Longyearbyen quelques jours plus tôt. Et puis une seconde est apparue. Les Mouettes ivoire peuvent souvent être vues autour d’une carcasse d’un animal tué par un ours polaire, donc tout le monde à bord était très excité. Tout ce que nous avons trouvé était un béluga mort et les oiseaux festoyant sur la carcasse. Avec ce ciel couvert, la glace était le plus joli arrière-plan pour les Mouettes ivoire d’un blanc si pur.

Mouette ivoire sur la banquise au Svalbard
Un Mouette ivoire sur la banquise à l’extrême est de Svalbard. Canon 1DX MkII – 500mm/4 – TC 1.4 – 700mm – f/5.6 – 1/5000s – ISO 2000. Je n’ai pas vérifié mes paramètres avant de prendre la photo: il faisait assez sombre et avec une vitesse d’obturation si rapide, j’ai fini avec un ISO bien trop élevé.

Nous étions à presque 2 jours de navigation de Longyearbyen, et notre expédition se terminait dans 2 jours. Il était donc temps de faire demi-tour et de commencer le voyage de retour. C’est l’heure d’aller au lit

Jour 6: jour de navigation et Smeerenburgfjorden

Nous avons passé beaucoup de temps en mer en navigant à la vitesse maximale du Freya pour couvrir autant de distance que possible. Nous nous sommes arrêtés de nouveau à Smeerenburgfjorden pour faire un petit tour de zodiac et nous dégourdir les jambes. Nos guides connaissaient une petite colonie de phoques communs dans la région, alors nous sommes allés les voir. Il y a environ un demi-million de ces animaux répartis dans le monde entier (et pas seulement dans l’Arctique). La population de Svalbard est d’environ 1000 individus seulement, ce qui les rend tout à fait spéciaux et très protégés.

Un phoque commun nage au Svalbard
Un phoque commun curieux nage aux côtés de notre zodiac. Canon 1DX MkII – 500mm – f/6.3 – 1/5000s – ISO 1600

Après avoir profité une fois de plus du bleu d’un front de glacier dans la lumière du soir, nous avons continué notre navigation pour retourner à Isfjorden. Après le dîner, je me suis permis de boire un whisky single malt en guise de célébration et je suis allé me coucher tout heureux.

Jour 7: Billefjorden et fin de l’expédition au Svalbard

En ce dernier jour, il nous restait encore quelques heures avant de retourner au port. Nos guides ont décidé de visiter Billefjorden, puisqu’il a été rapporté par certains locaux qu’un ours polaire vivait là-bas. Malheureusement, quand nous sommes arrivés, l’ours a disparu derrière un gros rocher, et nous ne l’avons jamais revu. Nous y sommes restés un moment, et certains participants de notre expédition ont décidé de faire un plongeon polaire dans l’océan Arctique presque gelé.

Puis nous sommes finalement retournés à Longyearbyen. Nous avons débarqué du navire et sommes allés au restaurant Huset, l’un des meilleurs en Norvège, où nous avons été invités par notre voyagiste Expeditionsresor. Après le dîner, nous sommes retournés au navire où nous avons passé une dernière nuit avant de rentrer à la maison. La lumière était magnifique avec le soleil de minuit, et quelques Eiders à duvet nageaient près du navire, alors j’ai profité de l’occasion pour une photo finale.

Eiders à duvet dans le port de Longyearbyen
Eiders à duvet dans le port de Longyearbyen. 1DX MkII – 500mm/4 – TC 1.4 – 700mm – f/5.6 – 1/2500s – ISO 1600

Restez à l’écoute pour plus d’articles!

C’était une expédition incroyable et elle a dépassé toutes mes attentes. Je vais écrire plus d’articles à ce sujet, alors pourquoi ne pas vous inscrire sur ma newsletter?

Comme ça vous vous assurez de ne rien rater, en particulier toutes les recommandations techniques et de matériel que je vais donner!

Remerciements

Je tiens à remercier énormément les personnes suivantes:

  • Fredrik Granath pour l’organisation de ce voyage. Je suis Fredrik sur les réseaux sociaux depuis que je suis allé au Svalbard pour la première fois en 2015 pour observer l’éclipse totale de soleil.
  • Jens Wikström pour ses compétences incroyables à trouver des ours polaires (c’est plus dur qu’une aiguille dans une botte de foin, croyez-moi!).
  • Daniel Börjesson notre guide de Expeditionsresor, aussi un humain génial!
  • Jon Langeland, avec qui j’ai partagé la cabine sur le Freya pendant cette semaine. Quelle gars super et un photographe animalier super talentueux. Regardez-le, il est leftjohn sur Instagram!

Et enfin: un grand merci à tous les autres participants sans qui cette expédition n’aurait certainement pas été aussi réussie! Quel beau groupe de gens nous avons eu.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Fermer le panneau